In Autumn 2020, DOAJ will be relaunching with a new website with updated functionality, improved search, and a simplified application form. More information is available on our blog. Our API is also changing.

Hide this message

Le libéralisme de la prudence : contribution à un minimalisme politique

Les Ateliers de l’Ethique. 2013;8(1):47-69 DOI 10.7202/1018332ar

 

Journal Homepage

Journal Title: Les Ateliers de l’Ethique

ISSN: 1718-9977 (Online)

Publisher: Université de Montréal

Society/Institution: Université de Montréal, Centre de Recherche en Ethique

LCC Subject Category: Philosophy. Psychology. Religion: Ethics

Country of publisher: Canada

Language of fulltext: French, English

Full-text formats available: PDF, HTML

 

AUTHORS


Nicolas Tavaglione (Université de Genève)

EDITORIAL INFORMATION

Double blind peer review

Editorial Board

Instructions for authors

Time From Submission to Publication: 26 weeks

 

Abstract | Full Text

Il s’agit ici de présenter une version raffinée du libéralisme de la peur de Judith Shklar : le libéralisme de la prudence. Après en avoir brièvement présenté les grandes lignes et les principales faiblesses, j’esquisse les contours du libéralisme de la prudence et montre comment il réalise, mieux que libéralisme de la peur, le programme minimaliste poursuivi par Shklar. Je montre ensuite comment le libéralisme de la prudence nous permet de sortir du dilemme libéral posé par la tradition postrawlsienne : justifier le libéralisme sur des bases morales, au risque de le priver de neutralité, ou le justifier sur des bases réalistes hobbesiennes, au risque d’en faire l’otage des rapports de force changeants. Enfin, j’examine comme le principal défaut apparent du libéralisme de la prudence – à savoir son ascétisme programmatique – est en fait son principal mérite.