L’invention poétique ou l’invention du poème

Voix Plurielles. 2013;10(2) DOI 10.26522/vp.v10i2.870

 

Journal Homepage

Journal Title: Voix Plurielles

ISSN: 1925-0614 (Online)

Publisher: Association des Professeur-e-s de Français des Universités et Collèges Canadiens (APFUCC)

LCC Subject Category: Language and Literature: French literature - Italian literature - Spanish literature - Portuguese literature

Country of publisher: Canada

Language of fulltext: French, English

Full-text formats available: PDF

 

AUTHORS

Frédéric Marteau

EDITORIAL INFORMATION

Peer review

Editorial Board

Instructions for authors

Time From Submission to Publication: 10 weeks

 

Abstract | Full Text

Que signifie inventer en poésie ? En quoi un poème serait-il l’objet d’une invention ? De Joachim du Bellay à Francis Ponge, on s’efforce de tirer un fil dans l’histoire de la poésie où l’invention poétique, en général, devient l’invention d’un poème en particulier : l’invention d’un objet au sein d’un genre lui-même toujours à inventer. On s’intéresse ainsi au fonctionnement du poème et au principe de sa mise en marche, un fonctionnement organique où le lecteur joue un rôle essentiel de déclencheur, d’« agent commutateur » comme le dit Ponge. Dès lors, la poésie n’apparaît plus seulement comme un art du faire, elle est également toute entière tournée vers son à-venir que soutient et que rend possible toute lecture ; aussi son invention (son invenire) est-elle toujours cet avoir-lieu qui n’a jamais lieu, elle est ce qui arrive au poème et fait de lui l’objet de cet avènement que réactive chaque lecture.