Le procédé de blanchiment dans les ateliers monétaires français au XV-XVI<sup>ème</sup> siècle: approche archéométrique et expérimentale

Anuario de Estudios Medievales. 2011;41(2):699-721

 

Journal Homepage

Journal Title: Anuario de Estudios Medievales

ISSN: 0066-5061 (Print); 1988-4230 (Online)

Publisher: Consejo Superior de Investigaciones Científicas

LCC Subject Category: History (General) and history of Europe: History (General): Medieval history

Country of publisher: Spain

Language of fulltext: Catalan; Valencian, French, Portuguese, English, Spanish; Castilian, Italian

Full-text formats available: PDF

 

AUTHORS

Téreygeol, Florian
Arles, Adrien

EDITORIAL INFORMATION

Double blind peer review

Editorial Board

Instructions for authors

Time From Submission to Publication: 48 weeks

 

Abstract | Full Text

In the late nineties, excavations in La Rochelle (France) have discovered the remains of a royal mint of the sixteenth century. This discovery enabled the collection of artefacts directly related to the manufacture of coins. The exceptional <i>corpus</i> gathered is the subject of a study of the <i>chaîne opératoire</i> of coining in the medieval time. Special attention is paid to an operation which takes place before the strike: the blanching of blanks. Well documented in ancient times, the samples from La Rochelle offer the opportunity to study this process during the medieval period and in a royal mint. In addition, thanks to reconstitution experiments, it is possible to define a reaction mechanism that helps to understand our historical observations.<br><br>[fr] À la fin des années quatre-vingtdix, des fouilles menées à La Rochelle (France) ont permis de mettre au jour les vestiges d’un atelier monétaire royal du XVIe siècle. Cette découverte a permis la collecte de matériel directement liée à la fabrication monétaire. Le corpus exceptionnel rassemblé est l’objet d’une étude qui vise à mettre en évidence la chaîne opératoire de fabrication de monnaie à l’époque considérée. Un intérêt particulier est porté à une technique d’argenture qui intervient avant la frappe des monnaies, le blanchiment des flans. Bien documenté pour les périodes antiques, le matériel de La Rochelle offre la possibilité de mettre en évidence ce procédé pour une période plus récente et dans un cadre officiel. De plus, à partir d’expériences de reconstitution, il a été possible de proposer un mécanisme réactionnel. Les hypothèses proposées permettent alors de dégager des implications historiques dans le procédé de fabrication.