La dimension numérique dans le concept de minorité : efficience et justice ethnoculturelle

Les Ateliers de l’Ethique. 2011;6(2):49-78

 

Journal Homepage

Journal Title: Les Ateliers de l’Ethique

ISSN: 1718-9977 (Online)

Publisher: Université de Montréal

Society/Institution: Université de Montréal, Centre de Recherche en Ethique

LCC Subject Category: Philosophy. Psychology. Religion: Ethics

Country of publisher: Canada

Language of fulltext: French, English

Full-text formats available: PDF, HTML

 

AUTHORS

Xavier Landes

EDITORIAL INFORMATION

Double blind peer review

Editorial Board

Instructions for authors

Time From Submission to Publication: 26 weeks

 

Abstract | Full Text

L’article introduit au rôle de l’efficience dans la génération d’avantages ou de désavantages enregistrés par les minorités. L’objectif est de démontrer que l’efficience devrait jouer un rôle plus important dans le domaine de la justice ethnoculturelle. Pour ce faire, une brève présentation de la place du nombre dans la littérature sur le sujet est offerte, ce qui permet de saisir le fond de l’argument consistant à faire des déséquilibres numériques une source certaine des injustices subies par les minorités, notamment dans une perspective inspirée par l’égalitarisme de la chance. De ce point de vue, l’asymétrie numérique peut toutefois constituer une source d’avantages pour ces groupes. Dès lors, une telle asymétrie, qui est l’un des constituants de la définition de la minorité, prend une autre dimension. Plus que cette asymétrie, il apparaît que c’est l’efficience (la manière dont les groupes gèrent cette asymétrie) qui détermine les conditions et succès matériels des membres d’un groupe donné. Après une discussion des minorités efficientes et dominantes, l’article se conclut par la mise en lumière de quelques pistes de recherche rendues visibles par l’efficience et qui sont pertinentes pour la théorie de la justice en contexte multiculturel.The article introduces to the role of efficiency in the generation of advantages or disadvantaged for minorities. The objective is to demonstrate that efficiency should play a more important role in the domain of ethnocultural justice. For doing so, a brief presentation of the place of numbers in the literature on the topic is offered, which leads to the argument apprehending numerical disequilibria as a definite source of injustices borne by minorities, especially from a perspective inspired by luck egalitarianism. From this point of view however, numerical asymmetry can constitute a source of benefits for these groups. As one of the constituents of the definition of minority, asymmetry thus takes another dimension. Over and above this asymmetry, it appears that it is efficiency (in the manner that groups manage the numerical dimension) that regulates the material conditions and successes of the members of a given group. After a discussion of efficient minorities and dominant minorities, the article concludes by highlighting avenues of research that are made visible by efficiency and that are relevant to the theory of justice in a multicultural context.