Las exequias de María Luisa Gabriela de Saboya en Aragón (1714). Política y religión en los discursos funerales

E-Spania. 2014;17 DOI 10.4000/e-spania.23334

 

Journal Homepage

Journal Title: E-Spania

ISSN: 1951-6169 (Online)

Publisher: Civilisations et Littératures d’Espagne et d’Amérique du Moyen Âge aux Lumières (CLEA) - Paris Sorbonne

LCC Subject Category: History (General) and history of Europe: History of Spain

Country of publisher: France

Language of fulltext: Portuguese, Spanish; Castilian, French, Latin

Full-text formats available: HTML, XML

 

AUTHORS

Eliseo Serrano Martín

EDITORIAL INFORMATION

Double blind peer review

Editorial Board

Instructions for authors

Time From Submission to Publication: 4 weeks

 

Abstract | Full Text

La mort des souverains et des membres de leur famille était communiquée au royaume d’Aragon et les villes principales du royaume organisaient les funérailles dans les églises, devant un catafalque aux armes royales. En 1714, ce furent les villes de Huesca, Alcañiz, Híjar, puis Tarazona qui organisèrent des funérailles royales. À Saragosse, fut érigée, en la cathédrale, une chapelle ardente devant laquelle devait se presser tout le corps social selon une étiquette rigide, rythmée par les différents offices religieux.Dans le contexte de la fin de la Guerre de Succession − qui sanctionna les modifications sévères apportées au régime constitutionnel de la couronne d’Aragon −, les funérailles organisées au lendemain de la mort de Marie Louise Gabrielle de Savoie furent le climax d’une propagande orchestrant la gloire de la dynastie des Bourbons et l’adéquation parfaire de celle-ci au cadre légal de ce qu’il convient de nommer la nouvelle culture politique.Lors de ces funérailles, l’accent fut mis sur le portrait d’une bonne reine, humble, vertueuse, pieuse et féconde conformément à sa charge de reine ; sur le portrait, en définitive, d’une femme forte, selon le topos biblique servant de référence lors des funérailles des reines.