Annals: Series on History and Archaeology (Academy of Romanian Scientists) (2015-05-01)

LA LEÇON DE TITULESCU SUR L’INTANGIBILITE ET LA SP IRITUALISATION DES FRONTIERES

  • George G. POTRA

Journal volume & issue
Vol. 7, no. 1
pp. 23 – 37

Abstract

Read online

D’une intuitive évidence, les frontières ne peuvent pas constituer une question qui relève exclusivement de l’histoire. Les considérations d’homme d’État de Nicolae Titulescu sur le principe de l’intégrité territoriale et l’impératif de l’intangibilité des frontières constituent, plus de trois quarts de siècles après, une grave invitation à réfléchir sur ce que l’on doit et que l’on peut faire pour écarter le droit de la force dans les relations internationales actuelles et faire place à la force du droit, partout et à jamais. L’ordre dans la pensée soutenu par Nicolae Titulescu peut nous libérer, tout d’abord mentalement, de la pression que nous ressentons et à laquelle nous n’échapperons pas demain, en regardant la frontière.«La spiritualisation des frontières» constitue une alternative. Notre compatriote a enrichi de ce concept le droit international, configurant une nouvelle philosophie et une nouvelle morale. Le réalisme et l’honnêteté ont amené Nicolae Titulescu à reconnaître et à affirmer qu’il n’existe pas de frontières idéales, mais aussi que la modification d’une frontière pour la réparation d’une injustice aurait pour résultat une injustice encore plus grande que celle qu’on voulait réparer. De l’avis de Nicolae Titulescu, un lien ombilical existe entre le révisionnisme et le terrorisme, les promoteurs de la révision faisant recours soit à ce qu’on appelle aujourd’hui le terrorisme d’État, soit à des actes terroristes individuels, les deux catégories d’actions visant à déstabiliser, à créer les conditions psychologiques permettant des approches et des solutions qui ne respectent pas les principes de droit international. Pour des raisons méthodologiques, Nicolae Titulescu a fait une distinction entre plusieurs formes de révisionnisme, mais non parce qu’il en considérait l’une comme plus acceptable que les autres, car chacune à part et toutes ensemble, indifféremment de leur mode et de leur cadre de manifestation, étaient dangereuses et mettaient sous le signe du doute des réglementations solennellement consacrées par les traités de paix et avaient par conséquent des effets profondément déstabilisatrices.

Keywords